Chers clients, le délai de préparation est de 7 jours. Merci pour votre confiance
menu
Mon panier

La chenille processionnaire : un nuisible urticant et dangereux


La chenille processionnaire du pin est la larve d'un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa qui, à cause de ses poils urticants, représente un danger pour les hommes et les animaux.


Les papillons, qui éclosent durant l'été, entre juin et septembre selon le climat, pondent leurs œufs sur les rameaux ou les aiguilles de diverses espèces de pin. Dès leur éclosion, les chenilles commencent à dévorer les aiguilles de pin et se mettent à tisser des nids de soie dans lesquels elles restent cachées pour s'alimenter.


Au fur et à mesure de leur croissance, les chenilles construisent des nids de plus en plus épais. Au dernier stade larvaire, elles forment un nid volumineux d'hiver définitif, blanc et bien visible, construit côté sud pour profiter des rayons du soleil. Il devient alors le signe distinctif de leur présence.

Elles en sortent la nuit pour s'alimenter, se déplaçant en "procession" suivant un fil de soie qui leur permet de rentrer au nid.

La présence de nid de chenille processionnaire sur un pin représente un danger
Procession des chenilles processionnaires du pin

Pourquoi la chenille processionnaire du pin est-elle dangereuse ?


• Les dégâts chez les hommes et les animaux :

Les problèmes sanitaires sont dus aux milliers de poils urticants que la chenille libère en cas de danger. Les symptômes sont plus ou moins violents selon la sensibilité des individus et la quantité de poils reçus : irritations, démangeaisons, crises d'asthme, choc anaphylactique... Chez les animaux, ils provoquent des nécroses de la langue.


• Les dégâts sur les arbres :

Les chenilles se nourrissent des aiguilles des pins provoquant défoliation, perte de croissance et diminution du pouvoir photosynthétique. Cet affaiblissement important des arbres ouvre la porte à d'autres ravageurs ou parasites pouvant conduire à la mort de l'arbre.

Que faire en cas de piqûre ?

En cas de contact avec une chenille urticante, il est recommandé de bien rincer la zone affectée sans frotter. Il est important d'obtenir des soins médicaux d'urgence car les réactions allergiques peuvent être violantes et les conséquences peuvent parfois être irréversibles, surtout pour les animaux domestiques et les enfants. Lorsqu'ils sont traités rapidement, les chances d'un rétablissement complet sans effets à long terme sont bien meilleures.

Comment se débarrasser des chenilles processionnaires ?

Il existe 3 manières 100% écologiques pour lutter contre les chenilles processionnaires :

  1. Agir sur les papillons : installez un piège avec des phéromones. Les phéromones sexuelles vont attirer les papillons mâles dans le piège et limiter leur reproduction.
  2. Agir sur les chenilles : installer un éco-piège dans l'arbre infesté. Ce piège intercepte les chenilles lors de leur descente le long du tronc, au moment où elles cherchent à rejoindre le sol.
  3. Favoriser l'implantation des prédateurs et parasites : nichoir à mésange...

Pour une efficacité totale, il est recommandé d'utiliser les 2 méthodes de traitement en parallèle pour avoir une action à la fois sur les chenilles et sur les papillons.

Il y a peu de prédateurs. Les oiseaux en général ne les mangent pas à cause de leurs poils urticants et de leur mauvais goût. Seul le coucou s'attaque aux chenilles, parfois même dans leur nid, et la mésange chasse la première forme larvaire et parfois lorsqu'elles sont en procession.

Quels sont les prédateurs naturels des chenilles ?

Heureusement, les chenilles ont des ennemis naturels qui permettent de réguler leur population : certains oiseaux comme les coucous et les mésanges bleues et charbonnières, des insectes et certaines espèces de guêpes (le grand calosome par exemple) mais aussi le champignon cordyceps militaris qui se nourrit des nymphes enterrées.


Une solution alternative simple et facile à mettre en oeuvre, consiste donc à installer des nichoirs à mésange à proximité des arbres. Ces nichoirs sont à fixer entre 2 à 4m, sauf pour la mésange charbonnière qui demande un nid situé entre 4 à 6m de haut. Vous veillerez à ce que le nichoir ne soit ni en plein soleil ni à l'ombre complète.

Montage & installation de l'éco piège.

Comment fonctionnent les eco pièges qui capturent les processionnaires ?

L'éco piège est une technologie respectueuse de l'environnement pour la lutte intégrée contre la processionnaire du pin appliquée dans le but de réduire la population des chenilles urticantes et d'éviter l'utilisation de techniques de lutte plus traditionnelles, comme la taille intensive ou les pesticides chimiques, qui peuvent avoir des effets secondaires négatifs sur l'intégrité forestière, la biodiversité et les activités humaines.


A la fin de l'hiver ou au tout début du printemps, installez les eco pièges le long des troncs pour intercepter les chenilles lors de leur descente. En effet, à cette période les chenilles descendent en procession le long des arbres pour rejoindre le sol et trouver un endroit où se métamorphoser.

Il existe un éco-piège pour toutes les tailles d'arbres, à vous de choisir le bon modèle en fonction du diamètre de l'arbre infesté.


Les pièges peuvent être réutilisés d'une année sur l'autre. Il faut simplement acheter un nouveau sac et du mastic.


Comment détecter la présence de chenilles urticantes ?


Les papillons pondent leurs oeufs sur les branches des pins. Dès l'éclosion, entre juin et septembre, les chenilles processionnaires commencent à dévorer les aiguilles de pin et tissent des nids de soie. Ce comportement affaiblit l'arbre, le rendant vulnérable à d'autres ravageurs ou maladies.


Au dernier stade larvaire, les chenilles forment, sur les branches, un nid volumineux, blanc et bien visible. Elles en sortent la nuit pour s'alimenter, se déplaçant en "procession", l'une derrière l'autre, en suivant un fil de soie qui leur permet de rentrer au nid.


Cette variété de chenille ne colonise pas seulement les pins. Elles peuvent aussi se retrouver sur des Cèdres (Cedrus), Pins Douglas (Pseudotsuga menziesii), Cyprès de Lambert (Cupressus macrocarpa).

Nid blanc sur un pin, cocon de chenilles urticantes

Quel danger représentent-elles pour les chiens ?

Ne vous laissez en aucun cas berner par l'aspect non menaçant de ces chenilles. Elles possèdent en fait des poils urticants qui sont libérés lorsqu'elles sont menacées ou stressées. Ces poils sont différents des poils visibles de la chenille : chacun est muni d'un crochet qui s'attache à la peau et/ou à la surface des autres organes, puis se rompt et délivre une toxine très dangereuse.


Les chenilles processionnaires représentent un danger pour les chiens et les chats. Tandis que les chats peuvent être affectés, ce sont surtout les chiens, avec leurs tempéraments enjoués, qui ont tendance à être les plus attirés par ces petites créatures rampantes. Le museau et la bouche sont le plus souvent touchés. La nécrose de la langue peut se développer rapidement et peut même faire tomber certaines parties de la langue, privant l'animal d'une bonne alimentation. Cependant, comme les poils urticants sont très volatils, il n'est pas rare que d'autres parties du corps soient touchées (p. ex. les yeux et les paupières). En cas d'ingestion, le tube digestif peut également être endommagé.

Supprimer les nids cocons blancs des chenilles processionnaires du pin

Comment enlever les nids de chenilles processionnaires ?

La lutte mécanique qui consiste à détruire physiquement les nids, est une solution efficace pour stopper l'invasion des chenilles et éviter tout accident avec les enfants et animaux domestiques qui pourraient rentrer en contact avec ces insectes aux poils très urticants.


Cependant, la manipulation et la destruction est risquée. Cela nécessite un matériel de protection adapté : combinaison de travail à usage unique, gants, lunettes de protection et masque. Pour éviter tout risque d'allergie, votre corps doit être totalement hermétique aux projections des soies de chenilles.


Matériel de coupe mécanique pour détacher un nid : vous pouvez utiliser un échenilloir, de préférence télescopique. Avec délicatesse, décrochez les cocons un par un et plongez-les immédiatement dans une bassine d'eau pour les noyer. Après plusieurs heures immergés, enterrez les nids et brûlez-les.

Sans échenilloir, vous pouvez utiliser une scie ou une tronçonneuse pour découper la branche sur laquelle se trouve le nid.


Attention, si vous ne possédez pas l'équipement adéquat, préférez une méthode de lutte moins risquée comme les pièges à phéromones pour capturer les papillons ou les pièges de descente pour capturer les chenilles dans des sacs.

Cette méthode de lutte mécanique est également réservée à des nids de faible hauteur et accessibles facilement. Le cas contraire, vous devrez faire appel à une nacelle ainsi qu'une personne qualifiée pour travailler à de grandes hauteurs.

Quelles sont les régions les plus touchées ?

Avant les années 1990, la Loire marquait la limite entre les régions Sud, déjà infestées et les régions du Nord, épargnées grâce aux températures moins élevées.


Cependant, les effets du réchauffement climatique commencent à se sentir et la processionnaire gagne du terrain chaque année. Elle avance petit à petit vers le nord de la France à la recherche de pins ou de cèdres à effeuiller. A présent presque tout le territoire est devenu favorable à son développement. On voit alors des régions comme la Bretagne, le Centre Val de Loire et l'Ile de France concernées par ces chenilles nuisibles.

Les espèces de pin concernées

La processionnaire s'attaque à toutes les espèces de pins présents en France : pin noir d'Autriche, pin Laricio, pin maritime, pin sylvestre, pin d'Alep. Elles s'attaquent parfois aux cèdres, notamment au cèdre de l'Atlas et au cèdre du Liban.

Les chenilles choisissent leur arbre en fonction de plusieurs critères, notamment le diamètre des aiguilles.

Les obligations réglementaires de lutte et de destruction des nids

Il n'y a pas de réglementation, la lutte n'est actuellement pas obligatoire. Selon le degré d'infestation, un arrêté préfectoral ou municipal peut néanmoins être émis pour rendre la lutte obligatoire dans certaines zones.


De plus en plus de régions et communes sont touchées par les processionnaires. L'impact de ce nuisible sur l'environnement pousse à une multiplication des arrêtés municipaux pour obliger les propriétaires de pin à supprimer mécaniquement les cocons et à les brûler en début de saison (généralement au mois de mars).

A lire aussi
Tous nos articles Fiches Conseils Traitements Naturels
1485 clients notent l'ensemble du site fr.jardins-animes.com : 4.8/5