menu
Mon panier

Plus de 30% de nos déchets ménagers sont des déchets organiques. Ces déchets représentent pourtant une ressource incroyable pour nos jardins. En les transformant en compost, ils deviennent un engrais naturel très efficace. Mais qu'est-ce que le compost, et comment bien débuter dans le compostage ? Toutes les réponses dans ce guide complet !

Qu'est-ce que le compost ?

Le compost, du latin “compostus”, signifie “mélange” ou “mis ensemble”. Le principe de transformer les déchets en compost date de l'Antiquité, mais a été remis au goût du jour par la tendance écolo du “zéro déchet”.


Dans la nature, les déchets organiques et les déchets végétaux sont transformés par l'action de micro-organismes tels que des champignons et des bactéries. Puis, des macro-organismes (vers de terre, insectes) se chargent de manger cette matière organique. Le humus est le résultat de cette chaîne d'actions.


Lorsque ce phénomène de transformation est à l'initiative de l'homme, le résultat obtenu est appelé compost. Il ressemble fortement au humus ou au terreau : une texture légère de couleur sombre et à l'odeur de sous-bois.


Pour résumer, le compost est formé grâce à un mélange de déchets verts, de déchets bruns, d'eau, d'air, de micro-organismes et de macro-organismes.

Composter ses épluchures de légumes et déchets de cuisine
Terreau versus compost

Quelles différences entre le compost et le terreau ?

Le terreau et le compost, bien que d'aspect similaire, présentent toutefois des différences importantes.


Tout d'abord, ils ne sont pas composés des mêmes éléments. Le compost est composé de déchets verts et de déchets bruns que vous mettez dans votre composteur. Il n'est donc jamais identique et est composé de ce que vous recyclez. Semblable à l'humus, il est utilisable pour tous types de cultures : arbre, arbuste, potager, plantes d'extérieur ou d'intérieur. Le terreau, au contraire, est spécifique à chaque type de plante et d'utilisation (rempotage, potager, plantes en pot). Sa composition varie donc en fonction de cela, mais répond à des critères spécifiques.


De ce fait, le compost et le terreau ne s'utilisent pas de la même façon. Le terreau sert de support pour toutes vos cultures, selon vos besoins. Vous trouverez donc du terreau pour vos semis, du terreau spécifique au sols acides ou argileux… Le compost, à l'inverse, est un amendement riche en minéraux qui aide vos cultures à se développer. Il aide à fertiliser vos sols et à conserver la biodiversité au jardin.


En associant ces deux produits, vous êtes sûr d'obtenir des cultures de qualité !


Pourquoi composter ?

Fabriquer votre compost représente plusieurs avantages. Cela permet tout d'abord de diminuer la taille de vos poubelles ménagères et ainsi de réduire les actions liées à ces déchets : transport, traitement, compostage industriel… D'un point de vue environnemental, valoriser vos déchets organiques permet de réduire l'émission de gaz à effet de serre induits par le traitement de ces ressources.


Composter vos déchets vous permet également de produire gratuitement de l'engrais de qualité. Grâce à sa composition très riche, le compost permet de nourrir vos sols et de limiter voire arrêter l'utilisation d'engrais ou de pesticides, selon la quantité obtenue. Vous diminuez ainsi vos dépenses liées au jardin, tout en apportant à vos sols un amendement de qualité.


En effet, le compost améliore la qualité de vos sols. Si vous avez un sol argileux, le compost vous permettra de l'aérer. Au contraire, si votre sol est sableux, le compost lui donnera plus de consistance. Le travail de la terre est donc simplifié grâce à cet allié précieux.


L'utilisation du compost contribue évidemment au développement de vos plantes, et les protège également des maladies grâce aux éléments nutritifs qu'il renferme. Eté comme hiver, le compost prend soin de vos sols. Il retient l'eau et réduit donc l'arrosage des sols, mais il absorbe également la chaleur pour protéger les plantes du gel et stimuler leur croissance.


Le compost est donc une aide précieuse pour prendre soin de votre jardin, et même de vos plantes d'intérieur.

Quel composteur choisir ?

Vous avez décidé de sauter le pas et de fabriquer votre compost ? Il est maintenant temps de choisir quel composteur vous allez utiliser. Nous vous indiquons ci-dessous les composteurs les plus utilisés, mais cette liste n'est pas exhaustive. Si vous ne souhaitez pas investir dans un composteur, pensez à vous renseigner sur les composteurs collectifs disponibles près de chez vous.

Créer un tas de compost au jardin

Le tas

Si vous avez un jardin suffisamment grand et que vous ne souhaitez pas investir dans un composteur, vous pouvez décider de faire un compost en tas. Il suffit de déposer vos déchets à-même le sol, par couches successives, sur une hauteur inférieure à 1.5m.


L'avantage de cette solution est que le compost s'entretient seul : l'arrosage se fait par les pluies, le compost s'aère et se ventile naturellement. Un autre point positif est de pouvoir composter de gros volumes de déchets verts, comme des branchages ou la tonte d'un grand espace.


Néanmoins, cette solution peut présenter des inconvénients. Au-delà de son aspect inesthétique, le tas de compost est exposé directement aux intempéries et son action de compostage peut donc être ralentie. Il faut donc veiller à couvrir le tas d'une bâche lorsqu'il pleut. De plus, il n'est pas protégé des animaux et vous pourrez donc constater l'apparition de rongeurs, d'insectes voire même d'animaux domestiques venus grignoter vos déchets.

Le composteur en plastique

Le composteur en plastique est un bac avec ou sans fond, et est généralement percé pour favoriser l'aération du compost.


Un composteur sans fond permet aux vers de terre de coloniser votre compost et ainsi d'accélérer sa fabrication. On trouve d'ordinaire au moins une trappe sur un côté du bac pour récupérer le compost. Un couvercle recouvre le tout et protège les déchets des intempéries. Le bac absorbe la chaleur et la conserve, ce qui permet une décomposition rapide de vos déchets.


La matière doit être brassée régulièrement pour mélanger les déchets les plus anciens avec les nouveaux et pour aérer le compost. Il faut également veiller à l'humidité du compost, qui ne doit être ni trop sec, ni trop humide.

Composteur en bois

Le composteur en bois

Plus esthétique que le composteur en plastique, le bac en bois est constitué de planches espacées de quelques centimètres pour permettre au compost de s'aérer. On trouve le plus souvent une porte ou une planche amovible afin de remplir le compost et de le brasser facilement.


La chaleur est assurée par ce compost fermé, et vous gérez l'humidité puisque le composteur protège votre tas des intempéries. Tout comme pour le composteur en plastique, vous devez brasser régulièrement la matière pour assurer une aération correcte.


Vous pouvez construire vous-même ce type de composteur, en récupérant des palettes et en les assemblant. Veillez à laisser une ouverture dans le bas du bac pour pouvoir récupérer votre compost facilement.

Le lombricomposteur

Vous n'avez pas de jardin, mais un espace plus réduit comme un balcon ou une terrasse ? Vous êtes en appartement et vous n'avez pas d'extérieur ? Si vous souhaitez tout de même composter vos déchets de cuisine, vous pouvez opter pour un lombricomposteur. C'est le composteur idéal pour les citadins !


Ce petit bac, d'environ 40cm de largeur et de 60cm de hauteur en moyenne, est spécialement conçu pour fabriquer du compost grâce à l'action des vers. Vous pouvez même opter pour un potager avec lombricomposteur inclus, pour recycler vos déchets et chouchouter vos plantes sans effort !

Composter avec des vers
Lombricomposteur pour maison et appartement

Le lombricomposteur classique est composé de plusieurs plateaux placés les uns au dessus des autres pour permettre une rotation afin que le compost en cours de préparation se trouve sur la partie inférieure et que les nouveaux déchets soient déposés sur la partie supérieure. A chaque fois que vous ajoutez un plateau, les vers vont monter dans ce bac pour se nourrir de ces déchets frais. Vous pouvez ensuite récupérer le lombricompost qui se trouve dans le plateau le plus bas.


Un récupérateur de jus se situe sous les plateaux et permet la récupération d'un engrais liquide, qu'on appelle le “thé de vers”, grâce à un robinet. Il peut être utilisé comme engrais liquide, à appliquer sur le feuillage de vos plantes ou directement dans le sol.


Contrairement aux idées reçues, un lombricomposteur ne relâche pas d'odeur nauséabonde. Les vers, grâce aux enzymes de leur intestin, détruisent l'odeur de décomposition. Si votre lombricomposteur est correctement utilisé, vous n'aurez aucun déboire et vous n'aurez même pas besoin de manipuler les vers !


Pour plus d'informations sur les lombricomposteurs et comment choisir le plus adapté à votre mode de vie, vous pouvez lire notre guide dédié aux lombricomposteurs.

Le bokashi

Si l'idée d'utiliser des vers ne vous plaît pas, ou que vous avez un espace très restreint, la solution idéale est d'utiliser un bokashi. Ce seau en plastique, étanche à l'air, accueille vos déchets de cuisine et les déshydrate à l'aide d'un produit composé de son de céréales et de micro-organismes.


Comme pour le lombricomposteur, vous obtenez un jus d'engrais que vous pouvez prélever grâce à un robinet. Dilué dans de l'eau, il apporte à vos plantes et fleurs les éléments nutritifs leur permettant de rester en pleine forme. Au bout de quinze jours, vous obtenez également du compost, très riche en nutriments car les déchets organiques n'ont pas été chauffés.


Utilisation du composteur Bokashi :

  1. Placez vos déchets de cuisine, que vous aurez au préalable découpés grossièrement.
  2. Saupoudrez de quelques grammes de son au Bokashi actif.
  3. Tassez le tout pour enlever les bulles d'air.
  4. Répétez cette opération jusqu'à ce que le seau soit rempli.
  5. Fermez le seau. Il est hermétique, ce qui empêche toute mauvaise odeur de vous incommoder.
  6. Récupérez régulièrement le jus d'engrais grâce au robinet.
  7. Au bout de 15 jours, récupérez le compost.


L'avantage de ce système, c'est de ne pas avoir à trier vos déchets. Contrairement aux autres composteurs, tout se composte dans le bokashi, sauf le papier et les liquides : les aliments crus et cuits, la viande, les agrumes…


Vous pouvez également composter les déjections de vos animaux domestiques, dans un bokashi différent de celui utilisé pour vos déchets de cuisine. Fini les excréments nauséabonds de chien ou de chat dans le jardin : en 15 jours, vous les recyclez en vous épargnant les mauvaises odeurs !

Que mettre dans son composteur ?

Sauf si vous avez choisi un bokashi, il y a quelques règles à respecter concernant les déchets que l'on peut composter.


Déchets alimentaires

Les déchets alimentaires représentent 30% de nos poubelles. Mais vous pouvez en composter une grande partie :

  • Épluchures et restes de fruits et légumes
  • Filtres à café compostable et marc de café
  • Sachets de thé, sans agrafe
  • Coquilles d'oeufs écrasées finement
  • Pain rassis : à condition de l'humidifier au préalable et d'en mettre en quantité réduite.
  • Restes alimentaires cuits : en très petite quantité et à enfouir au centre du compost, partie la plus chaude qui accélère la décomposition.
  • Pâtes, riz, graines de semoule


En compostant ces déchets, vous réduirez considérablement votre poubelle ménagère. Pour vous en rendre compte, n'hésitez pas à la peser avant et après avoir installé votre compost.

Déchets verts

Si vous possédez un jardin, vous avez régulièrement des déchets verts. Sachez que vous pouvez les composter :

  • Tonte de pelouse
  • Feuilles vertes ou mortes
  • Taille de haies
  • Branchage (branches, tiges) coupé en petits morceaux
  • Fleurs fânées
  • Écorce broyée
  • Plantes de jardin et résidus de récolte du potager (pieds de plants, fanes…)
  • Paille et foin
  • Mauvaises herbes non montées en graines. Sinon, faites-les tremper 48h avant de les placer au centre du compost.


Composter ces déchets verts vous évitera de les apporter en déchetterie : vous limitez leur empreinte carbone et l'utilisation de ressources industrielles.

Autres déchets

D'autres déchets peuvent également être compostés, réduisant encore plus la taille de vos poubelles, et garantissant l'équilibre de votre compost :

  • Cheveux et poils d'animaux
  • Mouchoirs et serviettes en papier, essuie-tout jetable
  • Cartons : non imprimés ni colorés, sans autocollant
  • Sciures, copeaux de bois


Vous pouvez également composter le fumier de cheval : il est naturellement équilibré en azote et en carbone, les deux éléments indispensables au compost. En le transformant en compost directement sur votre exploitation, vous évitez d'avoir recours à des tiers et vous fertilisez vos prairies. Le compostage du fumier réduit sa taille de 50% et permet un épandage simplifié. Les parasites contenus dans le fumier sont détruits durant la phase de décomposition, grâce à la montée en température du tas. L'odeur caractéristique du fumier de cheval est également neutralisée par les micros-organismes.


Pour le composter, placez le fumier en andains, c'est-à-dire en bandes continues, sur une de vos parcelles. Le processus de compostage dure environ 5 mois, durant lesquels vous devrez retourner le compost au moins deux fois pour l'aérer.

Ce qu'il ne faut pas composter

Certains déchets ne doivent pas être compostés, sous peine de ralentir ou d'arrêter complètement le processus de décomposition :


  • Plantes malades ou traitées chimiquement
  • Viande, poisson (sauf composteur Bokashi)
  • Produits laitiers (sauf composteur Bokashi)
  • Litières pour chat
  • Bois traité
  • Sac d'aspirateur et son contenu (sauf lombricomposteur)
  • Journaux en couleurs
  • Sable, terre

  • Chiffons, textiles et matières synthétiques
  • Excréments de chiens et de chats (sauf composteur Bokashi)
  • Plastique
  • Verre
  • Papier
  • Cendres de bois et de charbon
  • Couches de bébé
  • Résineux
  • Mégot de cigarette
Utilisation du compost au potager lors du repiquage des plants

Que faire de son compost ?

Le compost peut être utilisé “jeune”, c'est-à-dire au bout de 6 mois environ. Ce compost n'est pas encore tamisé et contient encore des déchets en décomposition. Vous pouvez l'utiliser pour le paillage au jardin, ou le placer aux pieds de vos arbres et de vos arbustes. Ce compost contient beaucoup d'éléments minéraux, il doit donc être utilisé avec parcimonie et pour des plantes ayant besoin de sols riches. On évitera ainsi de l'utiliser autour des légumineuses, par exemple, mais les plants de tomates seront ravis de cet apport nutritif.


Le compost arrive à maturation au bout d'environ 9 mois, selon le temps, la température, la quantité de déchets apportés. S'il est mûr, il arbore une couleur brune, on ne trouve plus trace des déchets qui ont servi à sa conception et son odeur est similaire à celle des sous-bois. Bien qu'il soit toujours très riche en minéraux, le compost “mûr” peut être utilisé pour rempoter vos plantes d'extérieur et d'intérieur, à condition de le mélanger à de la terre à raison de ⅓ de compost et ⅔ de terre. Vous pouvez également l'utiliser au potager en l'incorporant directement dans le sol, aux pieds de vos plants.


Si vous produisez plus de compost que nécessaire, n'hésitez pas à en donner autour de vous. Votre famille et vos amis seront ravis de pouvoir profiter de cette ressource pour chouchouter leurs plantes !

Conseils pour bien débuter son compost.

Où placer votre composteur ?

Si vous avez opté pour un composteur de jardin, l'emplacement que vous allez choisir ne doit pas se faire au hasard. Il faut que le composteur soit simple d'accès, car vous allez vous y rendre régulièrement pour y déposer vos déchets de cuisine. Si vous l'installez tout au fond de votre jardin, car c'est ce qui vous convient le mieux, pensez à investir dans un poubelle de table. Vous pourrez y stocker vos déchets ménagers quelques jours avant de les déposer dans votre composteur.


Il est également important de placer votre composteur à un endroit semi-ombragé. Le bac à compost emmagasine la chaleur, si vous le placez en plein soleil, votre compost risque de se dessécher. Trouvez-lui un coin à l'ombre, sans le priver totalement de soleil.


Enfin, placez votre bac à compost directement sur la terre, après l'avoir bêchée. Cela va permettre aux vers de terre de coloniser votre tas de compost et d'accélérer sa décomposition.

Bien placer son lombricomposteur sur sa terrasse : exposition et accès

Maintenir l'équilibre du compost.

Pour que vos déchets se transforment en un compost de qualité, vous devez maintenir son équilibre. Pour cela, il faut alterner les matières sèches, riches en carbone, et les matières humides, riches en azote. Si vous n'apportez que de l'azote, ou que du carbone, vous ne pourrez pas obtenir de compost.


Pour savoir à quelle famille appartiennent vos déchets, c'est assez simple.

  • Les matières humides sont riches en azote. Les feuilles vertes, la tonte de votre pelouse, les épluchures, les restes de repas, le marc de café… Tous ces déchets vont apporter l'humidité nécessaire au compost. Seuls, ils ne peuvent pas se transformer en compost car ils ne permettent pas une bonne aération du tas et ne fournissent pas assez de carbone.
  • Les matières sèches sont riches en carbone. Feuilles mortes, branchage sec, mouchoir et essuie-tout en papier, cartons… Ils aèrent le tas de compost et fournissent une quantité élevée d'humus. Mais ils se décomposent très lentement si on ne les mélange pas à des déchets azotés.


L'équilibre entre les déchets azotés et les déchets carbonés peut être difficile à trouver. Retenez cependant qu'il faut en général ⅓ de matières sèches pour ⅔ de matières humides, sauf pour les lombricomposteurs dans lesquels vous pouvez mettre ces déchets à quantités égales.

Entretenir son compost.

Une fois votre composteur installé et rempli de déchets carbonés et azotés, il est important de veiller à son bon fonctionnement. Pour obtenir un compost de qualité, il est important de maintenir un taux d'humidité correct dans votre bac. La matière ne doit être ni trop humide, ni trop sèche.


Pour contrôler si votre compost a le bon taux d'humidité, prenez-en une poignée dans votre main et serrez-la. Si quelques gouttes coulent entre vos doigts, tout est parfait. Si la matière est friable et sèche, votre compost manque cruellement d'humidité. Au contraire, si en pressant, de l'eau coule en quantité, votre compost est beaucoup trop humide.


Si vous constatez que votre compost est trop sec, un arrosage abondant est nécessaire. Privilégiez l'arrosage des côtés du bac, qui ont tendance à plus se dessécher. Mélangez ensuite votre tas pour répartir l'humidité sur l'ensemble.


Si, au contraire, vous vous apercevez que votre compost est trop humide, il faut alors l'aérer pour réintroduire de l'air. Retournez votre compost pour l'aérer, et ajoutez des déchets bruns pour contrer l'humidité.

les astuces pour un composteur bien équilibré, ni trop sec, ni trop humide

Matériel nécessaire.

Le compostage ne demande pas un investissement financier important. Après l'achat d'un composteur adapté à votre mode de vie, l'outil de jardinage le plus important est sans doute la fourche. Elle va vous permettre de mélanger et d'aérer votre compost. Vous pouvez aussi utiliser un mélangeur de compost, plus simple d'utilisation que la fourche grâce à ses deux poignées et à ses ailettes rétractables.


Ensuite, vous n'avez qu'à utiliser des outils déjà présents dans votre jardin :

  • un tuyau d'arrosage si votre compost est trop sec;
  • de quoi découper vos déchets bruns en petits morceaux (ciseaux de jardinage, sécateur);
  • des gants de jardinage et un seau pour récupérer le compost en bas de votre bac.
  • un seau à compost (bio seau) peut aussi être très pratique pour stocker vos déchets de cuisine de la semaine avant de les déposer au composteur. Cela vous évite quelques aller-retour.

Être patient !

Un bon compost ne se fabrique pas en un jour ! La nature prend son temps pour fabriquer un engrais riche et de qualité. Il vous faut donc prendre votre mal en patience. Pour obtenir cet engrais fait-maison, comptez entre 6 mois et 1 an, en fonction de la température extérieure, de la quantité de déchets ajoutée, du bon équilibre entre azote et carbone…


Si vous souhaitez que le processus de décomposition prenne moins de temps, commencez votre compost en début d'été. Les températures sont élevées en journée, et la chaleur emmagasinée par le bac à compost accélère la décomposition des déchets.


Vous pouvez également opter pour un activateur de compost, qui a pour but d'augmenter la capacité des micro-organismes à dissoudre les déchets ou d'augmenter le nombre de micro-organismes présents dans votre composteur.


L'ortie, la consoude ou les fougères sont des activateurs de compost naturels. Mélangez-les au compost après les avoir découpées en morceaux, ou utilisez-les sous forme de purin à pulvériser sur votre tas.


Vous trouverez également des activateurs de compost dans le commerce. Privilégiez les activateurs compatibles avec le jardinage bio. Ces activateurs contiennent des micro-organismes et des enzymes permettant d'accélérer le processus en été et de le maintenir en hiver, lorsque les températures baissent.

utiliser son compost pour les légumes du potager

Les erreurs à éviter

Composter la viande et le poisson

Intégrés en petite quantité, la viande et le poisson peuvent être compostés. Néanmoins, le processus est assez long et leur présence peut attirer les rongeurs et les animaux domestiques, à la recherche de nourriture. Limitez donc leur présence dans votre composteur, surtout les os et les arêtes. Si vous constatez la présence de rongeurs, pensez à installer un grillage entre votre composteur et le sol, de sorte à ne laisser passer que les vers de terre et les insectes.

équilibrer les matières azote et carbone dans son composteur

Ne pas équilibrer les apports en azote et en carbone

Il peut être parfois difficile de doser les apports des déchets azotés et carbonés. Après avoir tondu votre jardin, vous allez placer la totalité du gazon dans votre composteur. Mais si vous ne pensez pas à équilibrer en ajoutant des déchets bruns, comme du carton ou des brindilles, votre compost sera trop humide.


De même, si vous ramassez les feuilles mortes dans votre jardin pour les composter, ou que vous ajoutez beaucoup de carton dans votre bac, vous devez ajouter des déchets verts pour conserver l'équilibre de votre compost. En ajoutant trop de matière azotée, vous retardez la décomposition de vos déchets.


Si vous constatez la présence de mouches et de moucherons autour de votre compost, ou qu'il dégage une forte odeur, cela signifie que vous devez le rééquilibrer.

A lire aussi
Tous nos articles Fiches conseils Jardinage
1587 clients notent l'ensemble du site fr.jardins-animes.com : 4.8/5