menu
Mon panier

Qu'est-ce que le jardinage écologique ?


Le jardinage écologique c'est concevoir, gérer, et cultiver de manière à protéger (ou restaurer) la biodiversité et les équilibres écologiques.

Cela implique le remplacement des traitements ayant un impact négatif sur l'environnement par des produits naturels, mais aussi un respect de la petite faune et une optimisation des ressources.

Démarrer un jardin écologique

Créer un jardin écologique présente de nombreux avantages :

  • Il participe à la préservation de la Nature, de la faune comme de la flore.
  • Il offre des fruits et légumes goûteux, riches en vitamines et meilleurs pour la santé.
  • Il permet d'utiliser les ressources naturelles plus intelligemment, notamment l'eau.
  • Il est économique ! Le principe est d'utiliser au maximum les ressources directement à disposition.

<em><a id='analyser_le_sol' /> </a></em>Analyser le sol

Analyser le sol

Avant de se lancer dans un jardin ou potager, la première chose à faire est une analyse rapide du sol : texture, structure et PH. Ils vous permettront de connaître les besoins en amendements ainsi que les types de végétaux à choisir.
Cette étape cruciale et très rapide permet d'éviter les échecs et la perte de plantes coûteuses.


Une fois le type de sol établit (acide, basique, argileux, sableux ou calcaire), vous pourrez choisir les plantes adaptées.
Lors du choix des plantes, n'oubliez pas le climat, surtout pour les fruitiers. Chaque région possède des variétés locales, elles seront plus résistantes et plus productives si elles sont plantées dans leur région d'origine.
Cela évite l'utilisation d'engrais, de fongicides et autres traitements pour tenter de sauver une plante qui n'est tout simplement pas adaptée à son environnement !

<em><a id='nourrir_la_terre' /> </a></em>Nourrir la terre

Nourrir la terre

Deuxième étape essentielle pour la bonne croissance des plantes : amender le sol.

Les arbres, les fruitiers et les cultures potagères ont besoin de nutriments pour bien se développer. Inutile de recourir aux engrais chimiques, utilisez les ressources locales : fumier de cheval (contactez les centres équestre, ils le donnent !), algues, décoction de plantes, déchets verts, restes alimentaires... C'est bon pour les plantes et sans risque pour l'environnement !

<em><a id='faire_son_compost' /> </a></em>Faire son compost

Faire son compost

Le compost a un double objectif : il permet de nourrir la terre et de recycler ses déchets ménagers.

Premièrement, vous obtenez grâce à un processus de décomposition un terreau riche. A ajouter en surface, le compost booste les plantes en pots ou en jardinières. A enfouir dans le sol, il fertilise la terre du potager. Tout est naturel, les déchets générés au quotidien sont recyclés par vous-même, sur place.

Deuxièmement, vous réduisez le volume de votre poubelle, évitez les allers-retours à la déchetterie et participez à la valorisation des bio-déchets. Pour résumer, vous faites un geste utile pour la planète !


Pour apprendre à bien réussir son compost, consultez notre fiche conseil "Compost : mode d'emploi de cet engrais fait maison".

<em><a id='utiliser_des_purins' /> </a></em>Utiliser des purins

Utiliser des purins

Très bon complément au compost, le purin constitue une alternative écologique aux engrais et pesticides pour renforcer la résistance des plantes.

Le purin, aussi appelé décoction, est un produit végétal fermenté. Concrètement c'est une macération de fleurs ou de feuilles dans de l'eau. Une fois filtré, on obtient un engrais concentré, chargé des principes actifs de la plante d'origine. On le pulvérise dilué sur les plantes, soit en prévention contre les maladies, soit comme fertilisant.

Il existe des dizaines de purins à utiliser au potager, au verger et au jardin d'ornement. Les plus connus sont le purin d'ortie (fortifiant et régulateur de croissance), le purin de consoude (pour stimuler la production de fruits et de fleurs), le purin de prêle (contre les maladies fongiques) et le purin de lavande (insectifuge).


Pour mieux connaitre les utilisations des purins, rendez-vous sur notre fiche conseil "Quel purin utiliser et dans quel cas ?".

<em><a id='mettre_en_place_les_principes_de_la_permaculture' /> </a></em>Mettre en place les principes de la permaculture

Mettre en place les principes de la permaculture

Pour un jardin naturel, la permaculture est essentielle. Il s'agit d'utiliser des méthodes de culture permettant à la terre de conserver sa fertilité d'année en année sans avoir recours à des intrants.

Un des principes de base est la rotation des cultures pour ne pas épuiser les sols. Diviser le potager en parcelles permet de réaliser cette rotation et évite la prolifération des parasites ainsi que l'évaporation des éléments nutritifs.


Le paillage, le compagnonnage et la culture sur buttes font également partis des fondamentaux.

Pour comprendre la permaculture, des conseils détaillés vous attendent dans notre article "La permaculture : comment ça marche ?"

<em><a id='favoriser_la_biodiversit_' /> </a></em>Favoriser la biodiversité

Favoriser la biodiversité

La biodiversité concerne l'ensemble des êtres vivants (faune du sol, insectes, oiseaux, mammifères, végétaux), leurs interactions entre eux et avec leur milieu naturel.

Favoriser la biodiversité au jardin c'est créer un jardin vivant, riche d'espèces comestibles et de matières organiques qui vont nourrir la vie du sol (bactéries, champignons, nématodes...), les oiseaux et les mammifères. Cette diversité apportera au jardinier un jardin productif et nourricier.


Tonte différenciée, plantation d'engrais vert et mise en place d'une prairie fleurie associés aux principes de la permaculture vous permettront d'enrichir votre sol et d'attirer les auxiliaires. Le combot parfait pour un jardin en pleine forme et qui demande très peu d'entretien.


Pour approfondir le sujet de la biodiversité et comprendre ses enjeux, consultez notre article "Comment favoriser la biodiversité au jardin ?"

<em><a id='recourir_au_compagnonnage_de_plantes' /> </a></em>Recourir au compagnonnage de plantes

Recourir au compagnonnage de plantes

L'association des plantes au jardin est importante. Le principe est simple : on plante des espèces différentes de plantes ensemble : les unes à côté des autres. Cela garantie une plus grande résistance aux maladies et à la sécheresse, une meilleure croissance et une meilleure préservation des ressources du sol.


Les plantes se protègent et se rendent de multiples services. Dans la nature, il est rare de trouver des espèces se développant seule. Toutes profitent de la présence de leurs compagnes. Ensemble, elles vont constituer un écosystème naturel qui va abriter une multitude d'organismes vivants.


Pour en apprendre d'avantage sur le compagnonnage, rendez-vous sur notre fiche conseil "L'association des plantes au jardin".

Désherber de manière intelligente

Désherber inteligemment

L'utilisation d'un désherbant naturel et non chimique est primordial pour protéger la faune et la flore de votre jardin.

• Première solution : l'huile de coude ! Avec un peu d'énergie et le bon outil, vous pourrez venir à bout des mauvaises herbes récalcitrantes. De nombreux outils spécialisés existent dont la forme a été étudiée pour faciliter le travail (sarcloir, déracineur, désherbeur manuel...).

• Deuxième solution : les recettes de grand-mère. Eau bouillante, sel et vinaigre ou bicarbonate de soude. Mais aussi la bâche qui permet de dévitaliser toute une zone en un seul coup simplement en privant les adventices de lumière pendant quelques semaines.

• Troisième solution : occuper l'espace. La nature n'aime pas le vide. Au lieu de s'épuiser à désherber, ne laissez pas la terre à nue. Pour empêcher la prolifération des mauvaises herbes de manière durable, diposez du paillage autour des plantations et semez des engrais verts dans les zones non occupées du potager.

• Quatrième solution : accepter les mauvaises herbes et s'en servir. Elles sont souvent un bon indicateur de la santé de votre sol : par exemple le bouton d'or pousse sur les sols humides et pas assez drainés; la mousse qui se développe sur votre gazon indique que votre pelouse a besoin d'être scarifiée; les pissenlits se développent quand la terre est trop compacte. Les orties se transforment en purin. Les feuilles d'amarante se mangent poêlées comme les épinards !


Pour découvrir comment lier écologie et désherbage, découvrez notre fiche conseil "Les désherbants naturels pour éliminer les mauvaises herbes".

Paillage

Pailler

Le paillis, ou mulch, désigne une couche protectrice déposée à-même le sol. Cette couche permet de nourrir le sol et de favoriser la rétention d'eau. Les plantes sont ainsi plus fortes et plus denses, elles protègent à leur tour le sol en lui offrant de l'ombre. Au fur et à mesure des années, le sol s'enrichit et gagne en qualité.


Le paillage permet de réduire les arrosages, de protéger les plantes du gel et d'empêcher les mauvaises herbes de pousser.
Toujours dans une optique écologique, paillez avec les ressources que vous trouvez sur votre terrain : tonte de pelouse séchée, feuilles mortes, carton ondulé non imprimé, copeaux de bois ou encore les déchets de votre potager (mauvaises herbes, tiges, feuilles).

<em><a id='traiter_les_plantes_avec_des_produits_naturels_lutte_biologique_' /> </a></em>Traiter les plantes avec des produits naturels (lutte biologique)

Traiter les plantes avec des produits naturels (lutte biologique)

La lutte biologique consiste à lutter contre les nuisibles en utilisant des organismes vivants : auxiliaires, bactéries, champignons... Cette méthode vise à limiter la prolifération de ravageurs de culture, sans avoir recours à des pesticides chimiques nocifs pour l'environnement et la biodiversité.


Parmi les auxiliaires (prédateurs naturels des ravageurs), on retrouve les coccinelles mangeuses de pucerons, les nématodes (vers microscopiques) qui parasitent les larves des chenilles du potager, les trichogrammes qui pondent leurs oeufs dans les oeufs de leurs proies (adieu la pyrale du buis et les mites !) et enfin la bactérie Bacillus thuriengiensis très utile pour lutter contre les chenilles processionnaires du pin et du chêne.


Pour mieux comprendre la lutte biologique, rendez-vous sur notre fiche conseil "Qu'est-ce que la lutte biologique ?".

<em><a id='pratiquer_la_taille_douce' /> </a></em>Pratiquer la taille douce

Pratiquer la taille douce

Si certains végétaux, comme les arbres fruitiers et les arbustes à fleurs, ont besoin d’être taillés pour développer tout leur potentiel, il ne faut pas oublier qu'une taille signifie toujours la mutilation de tissus végétaux et une porte ouverte à divers parasites et maladies pouvant affaiblir considérablement la plante.


Pour limiter ces agressions, nous vous conseillons la pratique de la taille douce, limitée au strict minimum et la moins traumatisante possible. On va donc pratiquer plusieurs petites tailles plutôt qu'une grosse et ne jamais couper de trop grosses branches sans y préparer l'arbre.
Effectuez la taille à la fin de l'hiver, afin de préparer les arbustes à la venue du printemps.

<em><a id='optimiser_les_arrosages' /> </a></em>Optimiser les arrosages

Optimiser les arrosages

La plupart des plantes ont besoin d'un arrosage régulier pour survivre aux chaleurs de l'été, même les plus tolérantes à la sécheresse. Que ce soit pour le potager, les massifs fleuris du jardin ou les pots sur la terrasse, un arrosage adapté et écologique est nécessaire.

Plusieurs solutions existent pour économiser l'eau et l'utiliser avec intelligence.
On retrouve parmi elles des systèmes d'irrigation économes en eau : le goutte à goutte pour un arrosage millimétré, Les Oyas ou Ollas (jarres en terre cuite à enterrer) pour un arrosage sans évaporation, le tuyau poreux pour un arrosage en continu et le piquet creux pour un arrosage profond au niveau des racines.
Si vous habitez une région pluvieuse, équipez-vous d'un récupérateur d'eau de pluie pour collecter l'eau en hiver et la réutiliser l'été.


Pour trouver la solution d'arrosage adaptée à votre jardin, consultez notre fiche conseil : "Quel arrosage pour le jardin ? Top 8 des solutions d'irrigation autonomes et économes".

<em><a id='conserver_une_zone_brute_pour_accueillir_des_esp_ces_sauvages' /> </a></em>Conserver une zone brute pour accueillir des espèces sauvages

Conserver une zone brute pour accueillir des espèces sauvages

Attirer la petite faune dans son jardin est primordial : insectes, oiseaux et petits rongeurs sont autant de prédateurs pour les nuisibles courants (pucerons, chenilles et limaces en particulier !).

Pour les inviter au jardin, laissez une zone en friche ou semez une prairie fleurie avec des fleurs mellifères. Complétez par des nichoirs à oiseaux et abris à animaux.
Plus un jardin ressemble à un écosystème naturel et plus il a de capacités à se défendre contre les aléas climatiques et les ravageurs.

Abeille, hérisson, chauve-souris, mésange, vers de terre, coccinelle... en voilà des alliés ! On les appelle même les amis du jardinier.

<em><a id='choisir_des_graines_bio' /> </a></em>Choisir des graines bio

Choisir des graines bio

La qualité des graines que vous utilisez pour faire vos semis est importante. Choisissez des graines bio reproductibles plutôt que des plants F1 (hybrides). Elles garantissent une production de plantes originelles non modifiées. Ces graines s'améliorent d'années en années en s'adaptant au milieu dans lequel elles sont cultivées. Essayez sur les tomates, vous sentirez la différence !

Leur vente est très réglementée et n'est pas accordée à tous les revendeurs. Sur Jardins Animés, vous trouverez celles de La Semence bio.

<em><a id='g_rer_les_surplus_de_r_colte' /> </a></em>Gérer les surplus de récolte

Gérer les surplus de récolte

Si vous produisez trop de fruits et légumes par rapport à ce que vous pouvez manger, évitez à tout prix le gaspillage : donnez, congelez, faites des confitures, proposez vos surplus en ligne (troc de fruits et légumes), diversifiez votre potager...

A lire aussi
Tous nos articles Fiches conseils Jardinage
1947 clients notent l'ensemble du site fr.jardins-animes.com : 4.7/5